L’Afrique est une mine d’or, pas toujours !

Littéralement, l’Afrique est une mine d’or. Le continent exporte annuellement des dizaines de milliards de dollars de métaux précieux en provenance de 46 pays, et une grande partie de l’activité est illégale.

Mais ce n’est pas tout, et l’orpaillage artisanal et la contrebande coûterait très cher aux nations africaines en taxes et impôts perdus .

L’exploitation minière artisanale, ou la collecte d’or à petite échelle par des particuliers, est devenue une activité en plein essor sur tout le continent. Comme la déclaré dans revue Quartz, Lynsey de Chutel a rapporté l’an dernier, l’or est l’un des rares moyens que les Africains ont pour bénéficier directement de vastes ressources naturelles de la terre.

Mais les habitants ne sont pas les seuls à profiter de la ruée vers l’or. L’exploitation minière artisanale est tellement lucrative, en fait, que des entreprises criminelles contrôlées par des étrangers ont repris l’industrie artisanale en grande partie non réglementée, a déclaré la présidente ghanéenne, Nana Akufo-Addo, lors d’une conférence sur l’exploitation minière en février. Le Ghana est le premier pays producteur d’or en afrique de l’ouest et le deuxième producteur d’or en Afrique après l’Afrique du sud qui le premier producteur d’or en afrique en 2017 et 2018.

une nouvelle analyse de Reuters du marché de l’or africain.

Selon eux, cette tournure des événements a conduit à une augmentation de la production d’or illégale et à la contrebande qui coûte aux gouvernements africains des milliards de dollars en taxes impayées. La publication a comparé les données d’importation et d’exportation pour parvenir à cette conclusion, en se référant aux chiffres de 2016 fournis à Comtrade , la base de données des statistiques du commerce international des Nations Unies, et en se concentrant sur les Émirats arabes unis,on remarque qu’ils étaient cette année le plus grand importateur africain d’or au monde. Le monde, suivi par la Chine et la Suisse. Comtrade a constaté que les importations d’or des Émirats arabes unis en Afrique dépassaient de loin les exportations déclarées hors du continent.

Les Émirats arabes unis ont déclaré des importations d’or en provenance de 46 pays africains pour 2016, totalisant plus de 15 milliards de dollars. Parmi les pays qui ont exporté vers les Émirats , 25 n’ont pas communiqué d’informations à Comtrade, mais les Émirats indiquent qu’ils ont importé pour 7,4 milliards de dollars d’or. En particulier, les 21 pays africains ayant soumis des données d’exportation à Comtrade ont déclaré des chiffres bien inférieurs aux données d’importation fournis par les Émirats arabes unis. Les Émirats arabes unis ont annoncé des importations d’or de 3,9 milliards de dollars de plus que ce que les 21 pays ont déclarés, soit environ 67 tonnes de métal précieux.

L’écart entre les données d’importation et d’exportation d’or

C’est une bonne indication de l’activité illégale, selon les économistes. « Il y a beaucoup d’or quittant l’Afrique qui ne pas pris en compte dans nos chiffres et données », a déclaré à  Frank Mugyenyi, conseiller principal de Reuters sur le développement industriel de l’Union africaine. « Les Émirats tirent parti de l’environnement non réglementé en Afrique. »

La contrebande n’est pas le seul problème de l’exploitation minière artisanale. En 2015, Human Rights Watch à signaler que des raffineurs d’or internationaux pourraient «bénéficier du travail dangereux des enfants dans des mines sans licence» au Ghana, qualifiant la chaîne d’approvisionnement en or de «salie» par des violations des droits humains.

L’industrie artisanale aurifère a également été critiquée

Elle a ses effets néfastes sur l’environnement et sa nocivité pour la santé humaine. Pour séparer l’or du minerai, les mineurs utilisent souvent du mercure, un produit chimique hautement toxique. L’exposition au mercure peut entraîner une insuffisance rénale, des troubles de la parole, de la vue et cognitifs.

L’Organisation mondiale de la santé estime qu’environ 54 millions d’Africains à travers le continent dépendent de l’exploitation minière artisanale comme moyens de subsistance. « L’exploitation de l’or à petite échelle est une source de revenus cruciale pour des millions d’Africains, mais elle est souvent dangereuse, dommageable et, dans le pire des cas, parfois mortelle pour des mineurs artisanaux », a déclaré dans un communiqué Magaran Bagayoko du Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique . en novembre .

Malgré les dangers, l’exploitation minière artisanale est importante pour les économies africaines et pour les individus impliqués. C’est une industrie semée d’embûches, mais elle ne va pas disparaître de sitôt et elle a aussi des avantages. Selon le photographe australien Hugh Brown, qui a passé des années à documenter l’exploitation minière artisanale sur 16 sites en Afrique, cette pratique a engendré des micro-économies solides dans des régions très éloignées de l’économie mondiale. Comme il l’a dit  l’an dernier, « Je ne conteste pas que des problèmes complexes sont en jeu, mais nous devons également reconnaître les avantages que ce secteur apporte a l’Afrique . »

Devis de rachat

La valeur de vos bijoux, pièces et lingots en or en temps réel avec calcul immédiat.

Tchatez avec nous

 Nous sommes à votre disposition via notre support en ligne.
Simple et Facile

Téléphonez nous

Un membre de notre équipe se fera un plaisir de vous aidez par téléphone

A lire aussi

Nous vous conseillons également de lire nos derniers articles

L’Afrique est une mine d’or, pas toujours !
5 (100%) 1 vote[s]