L’or et la sublimation de la religion

Nous avons tendance à admirer le rayonnement de l’or car ce métal précieux est le symbole d’un statut. Toute personne qui porte de l’or est souvent considérée comme dotée d’un certain prestige.

L’or est un métal noble, recherché pour sa rareté, sa durabilité, son lustre qui ne ternit jamais, sa beauté incomparable. Par ses propriétés, il est devenu pour de nombreuses religions, le symbole de ma majesté. D’ou cette identification au divin dans plusieurs religions.

L’or, un des  premiers métaux.

Mentionné très souvent dans la Bible, c’est celui qui y est le plus souvent cité. Il est inaltérable et de ce fait, le temps n’a aucune emprise sur lui. Il été ainsi associé à l’immortalité dans la plupart des religions. Sa matière mais aussi sa couleur jaune dorée lui donne une « aura » particulière.

Dans le livre de l’Exode, l’Ancien Testament évoque l’idolâtrie du veau d’or: en effet, au cours de l’exode du peuple hébreu de l’Égypte vers la terre promise, les hébreux pressent Aaron de leur montrer un Dieu qui puisse les guider. Aaron commande alors au peuple hébreu de briser les boucles d’oreilles en or des femmes et des enfants, il en fera un veau qu’ils désignent et adorent comme dieu.

Le Nouveau Testament évoque l’or dans les présents que les mages venus d’Orient apportent à l’enfant Jésus à Bethléem, le soir de Noël, en plus de l’encens et de la myrrhe (évangile de Mathieu, chapitre 2, verset 11).

Dans le livre de l’Apocalypse, le Christ apparaît à Jean entouré de sept chandeliers en or. En plus, Jésus est décrit, vêtu d’une longue robe, entourée d’une ceinture d’or. Cette description fait certainement allusion à la pureté de l’or et évoque chez les chrétiens la sainteté, la pureté et la majesté du Christ.

L’or est aussi évoqué en tant que matériau destiné aux objets du culte. Il s’agissait d’objets fabriqués en or qui étaient utilisés lors de cérémonies rituelles et religieuses : calices en or utilisés lors de fêtes liturgiques. Ces calices font souvent partie du trésor d’une église ou d’un monastère. L’utilisation de l’or ici repose sur sa beauté et son brillant inimitable.

Les Égyptiens de l’antiquité.

Ils  donnaient à l’or des propriétés divines en le définissant comme la chair des dieux. Les masques funéraires étaient donc confectionnés en or qui, avait pour but de fixer à jamais le visage idéalisé du pharaon et de l’identifier aux étoiles. Les sarcophages des pharaons étaient également en or : masque funéraire ou masque d’or du pharaon Toutankhamon retrouvé en 1925 dans son tombeau. Il est constitué de 10,32 kg d’or massif et de pierres semi-précieuses.

Les Égyptiens pensaient qu’après la mort, on accédait à une autre dimension, une sorte d’autre vie. Les pharaons avaient donc besoin de leurs richesses, principalement de leur or pour leur nouvelle vie. L’Egypte n’est pas le seul pays du monde à avoir véhiculé ce genre de croyances.

L’or dans la culture indienne.

En inde, l’or est considéré comme un héritage familial par la plupart des indiens. Les bijoux en or et les ornements sont transmis de génération en génération. Bien qu’une grande majorité de la population indienne survive avec de faibles ressources, elle trouve les moyens d’acheter de l’or qui fait partie intégrante de leur vie. L’or est présent dans toutes les cérémonies religieuses en Inde, quelle que soit la religion : hindouisme, sikhisme, jainisme ou christianisme.

La hausse des taux de l’or ne dissuade pas les dévots de déposer des ornements d’or extravagants aux fonds des temples. C’est le cas du temple de Tirumala à Andhra Pradesh, qui recueille de multiples dons en or. Les Indiens considèrent donc l’or comme un super-métal qui peut fournir une solution à de multiples problèmes.

Du côté de l’Asie de l’est, le métal précieux est également très prisé. Par exemple, le Bouddha de Bangkok a nécessité pour sa réalisation 5,5 tonnes d’or pour plus de 3 mètres de haut. C’est la plus grande statue d’or massif du monde.

Dans l’islam, le coran, Allah fait référence à la « monnaie » comme étant des pièces « d’or » et « d’argent ». Un Dinar était une pièce d’or avec une valeur intrinsèque, et un Dirham une pièce d’argent qui avait aussi une valeur intrinsèque. Ces valeurs ont été fixées par Allah lui-même, qui est le Créateur de toute richesse.

Autant d’exemples qui montrent à suffisance que l’or est indissociable de la culture religieuse. Si aujourd’hui la production d’or est souvent limitée à des fins industrielles, spéculatives ou décoratives… Il n’en reste pas moins que l’or est depuis toujours l’un des biens les plus précieux de l’homme !

Devis de rachat

La valeur de vos bijoux, pièces et lingots en or en temps réel avec calcul immédiat.

Tchatez avec nous

 Nous sommes à votre disposition via notre support en ligne.
Simple et Facile

Téléphonez nous

Un membre de notre équipe se fera un plaisir de vous aidez par téléphone

L’or et la sublimation de la religion
3 (60%) 2 votes