Avant que l’or et d’autres métaux précieux puissent être convertis en bijoux et utilisés à diverses autres fins. Ils doivent passer par un processus de raffinage a la fonderie d’or pour les mettre sous une forme utile. Ceci pour assurer une pureté et une fluidité accrues pour faciliter l’élaboration de différents alliages et objets.

La fusion ou fonte fait partie intégrante du processus de raffinage de l’or et d’autres métaux précieux. C’est une grande partie du raffinage où le métal précieux (l’or dans ce cas) est fondu pour l’extraire hors de son minerai. Les minerais métalliques contiennent souvent beaucoup d’autres éléments et impuretés, la fusion est donc importante pour les éliminer.

Les flux ou fondants pour la fusion de l’or sont souvent ajouté au minerai pendant le processus de fonte. Dans cet article, nous discuterons de l’importance des flux et fondants pour la fonte de l’or et de leurs utilisations dans la fusion. Plus important encore, vous apprendrez à sélectionner le bon flux de fusion d’or pour vos projets de fusion.

Pourquoi ajouter du flux lors de la fusion de l’or ?

Traditionnellement, la fusion d’un minerai est effectuée entre 1050 C° et 1500 ° C pendant environ 2 heures. Ce temps est nécessaire pour les minerais ou déchet fort chargé en impureté, lors de fonte de métaux précieux de récupération, le temps est nettement plus court.

Après cela, l’alliage d’or et d’argent se dépose au fond car il est plus lourd tandis que le laitier avec les impuretés flottent et est enlevé. Malgré ces conditions extrêmes, il reste cependant difficile de séparer certaines impuretés de l’or et des lingots.

Il arrive souvent qu’une partie de l’or soit piégée dans le laitier qui flotte. À l’inverse, certaines des impuretés et des éléments associés peuvent également adhérer au métal pur et couler avec lui. Ces deux anomalies conduiront certainement à des situations dans lesquelles des lingots impurs sont produits. Ils peuvent également conduire à la perte d’or avec le laitier.

C’est pourquoi le flux de fusion d’or est important. Le flux de fusion d’or est essentiellement une substance chimique ou un mélange de substances chimiques. Qui sont ajoutés en quantités réglementées à la charge de minerai de métal précieux. Il permet de lutter contre tous les problèmes évoqués précédemment et de s’assurer que les lingots sont aussi purs que possible. Voici quelques-unes des façons dont l’utilisation du flux de fusion d’or rend le processus de fusion plus efficace :

Le flux de fusion de l’or abaisse le point de fusion : si le minerai dont l’or doit être séparé contient des éléments et des impuretés avec un point de fusion élevé. Le processus devient très énergivore car des températures élevées sont nécessaires pour faire fondre le mélange. L’ajout de flux fournit une solution très adaptée à ce problème. La réaction des produits chimiques qui constituent le flux de fusion d’or aide à abaisser la température du point de fusion du minerai.

La Catalyse

Puisque le flux de fusion d’or est composé de substances chimiques, elles peuvent servir de catalyseurs pour accélérer le processus d’oxydation sélective. Cela accélère la séparation des scories et des métaux précieux.

Sans l’utilisation de flux de fusion d’or, le flux de métal précieux fondu vers le fond est lent. Cette lenteur peut conduire au mélange, rendant difficile la séparation du laitier.

La réaction sélective

c’est un fait connu que l’or est fondamentalement un élément non réactif. Le flux de fusion de l’or nous aide à tirer parti de ce fait dans le processus de fusion. Le flux ne peut réagir qu’avec les métaux impurs, ce qui les amène à former des nitrates qui peuvent se séparer proprement. Là encore, le flux de fusion rend les oxydes métalliques faciles à éliminer, éliminant ainsi une autre source importante d’impuretés.

Cela contribue grandement à rendre le processus de fusion plus efficace et à ce que le métal précieux qui se sépare   et le lingot produit soit aussi pure que possible, même si c’est un mélange et alliage de différents métaux précieux.

Le flux peut réduire le point de fusion ; densité et viscosité ; fluidité ; oxydes métalliques facilement éliminés ; les pertes de métaux précieux sont réduites et éliminées facilement.

Types de flux et leurs utilisations dans la fusion de l’or

Il existe différents types de flux de fusion d’or disponibles sur le marché. Au-delà de la simple fusion de l’or, le flux est également utilisé dans d’autres domaines de la métallurgie et de l’assemblage des métaux. Voici quelques types de flux généralement utilisés

Le Borax

La Silice

L’acide chlorhydrique

Le Chlorure d’ammonium

Le Nitrate de sodium

Le carbonate de sodium

Le Chlorure de zinc

Tous ces produits chimiques remplissent diverses fonctions dans la fusion de l’or. Chacun d’eux apporte son propre quota spécifique pour s’assurer que le lingot d’or résultant est pur. Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des rôles uniques joués par chaque type de flux.

Le Borax

Un mélange cristallin blanc qui se présente sous forme de poudre à température ambiante. Le borax aide à abaisser la température du point de fusion du minerai. Cela signifie que des températures plus basses que la fusion se produiront rapidement et permettront au métal précieux de se déposer.le borax un fondant pour la fusion de lor

En outre, Borax est très efficace pour capturer les oxydes métalliques. Cela est nécessaire car la plupart des autres métaux qui constituent des impuretés sont des métaux hautement réactifs. Ils formeront donc facilement des oxydes en présence de borax.

L’or en revanche est majoritairement un élément inerte, il ne participera pas au processus d’oxydation. L’or coulera donc facilement sous sa forme fondue. Les impuretés oxydées (aidées par Borax) flotteront sous forme de laitier et seront collectées.

Par conséquent, l’efficacité du processus de fusion est fortement augmentée et la séparation est améliorée. L’avantage de ceci est qu’un lingot plus pur sera obtenu. En outre, il y a une perte réduite de métal précieux le long du laitier.

Un article plus détaillé sur le borax

La Silice

La silice est assez similaire au borax dans ses propriétés de flux de fusion d’or. Il est sélectivement soluble avec l’or et l’argent et permet de manière similaire de séparer facilement le métal pur du laitier. En formant des silicates avec des oxydes métalliques, la silice assure la stabilité, l’homogénéité et la faible viscosité du laitier.

De plus, certains minerais contiennent déjà de la silice en raison de l’utilisation de terre de diatomées pendant le processus d’extraction. De la silice supplémentaire comme fondant doit donc être ajoutée avec précaution. La silice a également pour effet d’augmenter la viscosité et la fluidité de la charge, permettant à l’or fondu de s’écouler facilement.

Le carbonate de sodium

Il s’agit d’un flux alcalin qui a la capacité de réagir avec et d’éliminer les sulfures de l’or pur. Le carbonate de sodium peut également être utilisé en synergie avec un autre flux. La silice, par exemple lorsqu’elle est mélangée avec du carbonate de sodium, conduit à la formation de silicate de sodium qui peut également former des oxydes avec des métaux impurs et les éliminer.

Il convient de noter que l’ajout de carbonate de sodium comme fondant en quantités excessives peut devenir contre-productif. En effet, cela peut conduire à la formation de scories collantes qui ne s’écouleront pas facilement. Il faut donc prendre soin de déterminer la quantité optimale de carbonate de sodium utilisée comme fondant dans tout processus de fusion.

Le nitrate  de potassium

Ce produit chimique aide principalement à abaisser la température du point de fusion de la charge. Il est souvent associé au carbonate de sodium (mentionné précédemment). Combinant ainsi les effets de flux des deux substances et donnant une performance améliorée.

Le nitrate de sodium

Certains types de flux sont bons pour oxyder des métaux spécifiques. Le nitrate de sodium appartient à cette classe d’éléments de flux. Le nitrate de sodium oxyde les métaux comme le fer, le cuivre et le zinc en libérant de l’oxygène à une température d’environ 500 ° C.

La Litharge

litharge   La litharge est essentiellement un monoxyde de plomb (souvent de couleur jaune) qui est utilisé comme fondant pour la fusion de l’or.

Tout comme le carbonate de sodium, la litharge est également utile pour éliminer les sulfures du métal pur et le faire s’écouler avec le laitier.

La fluorine ou spath fluor

Le spath fluor n’est ni acide ni basique ; un flux neutre hautement applicable notamment pour réduire la perte de métal précieux dans les minerais réfractaires. D’une manière similaire à la silice, le spath fluor augmente la viscosité et permet la libre circulation de l’or fondu pur et du laitier. Il facilite également la décomposition ; permettant ainsi plus de fluidité et contribuant à nouveau à l’écoulement global de laitier et de métal pur.fluorine

Malgré les avantages énumérés ci-dessus, il y a une note d’avertissement à émettre lors de l’utilisation du spath fluor. Il peut commencer à réagir et à corroder le creuset lorsqu’il est ajouté dans des proportions incontrôlées. Le spath fluor a également tendance à interférer avec la propriété de formation d’oxyde du borax lorsqu’il est utilisé avec lui.

La Farine, le charbon de bois et autres agents réducteurs

Ces substances sont souvent utiles pour aider à décomposer la Litharge, extrayant ainsi le plomb métallique. Une fois le plomb libéré, les molécules d’oxygène sont libérées pour réagir avec les métaux impurs. Cela facilite la formation d’oxydes métalliques grâce à un processus d’oxydation assisté par le borax, la silice, le salpêtre et d’autres flux et fondant.

Il convient de noter ici que le mercure était à l’époque romaine et encore de nos jours dans l’orpaillage illégal. Il est utilisé comme fondant pour la fusion de l’or. Cependant, en raison des dangers pour l’environnement et des préoccupations croissantes concernant la protection de l’environnement et le changement climatique, il est devenu obsolète et interdit. Le mercure a également des effets néfastes sur la santé des travailleurs qui y sont exposés.

Tout ce que vous devez savoir sur les mélanges de flux et fondants lors d’un processus de fusion d’or

Comme on peut le voir dans la section précédente, divers flux remplissent différentes fonctions spécifiques dans le processus de fusion de l’or. Il existe cependant différents types de concentrés, et chacun a des besoins uniques qui peuvent être satisfaits par divers flux de fusion d’or. Dans la plupart des cas, l’effet de plusieurs types de flux est requis.

Par exemple, une charge peut avoir un point de fusion élevé qui doit être abaissé par un flux comme le carbonate de potassium par exemple. Cette même charge peut également comporter des impuretés métalliques. Nécessitant donc également l’utilisation d’un flux comme le Borax pour former des oxydes métalliques et éliminer les impuretés.

Il devient donc nécessaire de combiner plus d’un flux pour atteindre le niveau requis de pureté de métal précieux. Dans cette section, nous discuterons de ces combinaisons.

Il existe diverses recettes de flux qui dépendent principalement du type de minerai ou de concentrés fondus. Il est conseillé de consulter les textes standards et de déterminer le calcul des poids et rapports effectifs des combinaisons de flux. Cependant, vous trouverez ci-dessous quelques recettes de base qui vous indiqueront au moins la bonne direction pour commencer à vérifier.

un exemple de recette générale

Traditionnellement, pour la plupart des minerais, la composition du mélange de fondant doit contenir entre 40 à 50% de borax, 10 à 15% de carbonate de sodium et 5 à 1% de sable de silice. Dans la plupart des scénarios cependant, les propriétés du minerai varieront et nécessiteront donc des proportions différentes.

Minerais neutres (base : 25g d’échantillon de minerai) : Dans les minerais neutres, une combinaison de 25 g de Litharge, 20 g de carbonate de sodium, 1 g de farine et 8 g de silice conviendra à la fusion de 25 g de concentrés. Bien entendu, toutes ces valeurs de poids devront être ajustées pour augmenter ou diminuer le poids du minerai.

Échantillons de sable noir (base : échantillon de 20 g de minerai)

Comme recommandé ici, une bonne recette de minerais provenant de sable noir comprendra 30 g de litharge, 30 g de carbonate de sodium, 25 g de borax, 5 g de farine, 8 g de spath fluor, 30 g de silice et 20 g d’échantillon de minerai. Encore une fois, il est important de noter que ce ne sont que des points de départ et non des règles strictes et rapides.

Vous devez faire les ajustements appropriés pour les différences de poids. Assurez-vous également de réal