0243cbf1978673fe443d7558de6ab4f0

Les escroqueries de poussière d’or africaine et des métaux précieux a dupé et arnaqué des centaines de personnes dans le monde.

Sur l’image ci-dessus, vous pouvez voir un type classique de petit bouton en laiton utiliser par les escrocs africain. Bien souvent, il fabriquent des petit boutons identiques en or, lors de votre prélèvement d’un échantillon, ils vous distraient en vous demandant de sceller le lot et remplace les boutons en laiton par ceux qu’ils ont fabriquer en or.
Et cela n’est pas seulement des gens pauvres et ignorants pour se faire arnaquer et délester de leurs économies mais aussi de nombreux hommes d’affaires qui ont fait faillite et ont perdu beaucoup d’argent. J’en ai vu plus d’un pleurer dans mon bureau et je suis toujours incapable de comprendre, pourquoi les gens tombent dans ces escroqueries sur l’or. 

Les fraudeurs sont essentiellement des pays Afrique de l’Ouest comme la Guinée, la Sierra Leone, le Ghana, le Nigeria, le Benin, la Côte d’ivoire, le Sénégal, le Cameroun, le Mali et le Burkina Faso pour n’énumérer que quelques-uns.  La Tanzanie, le Kenya et les pays d’Afrique équatoriale ne semblent pas épargnés par ce genre de pratiques.

Les escrocs utilisent toujours les numéros de téléphone et des numéros mobiles qui ne sont pas traçables. Les victimes viennent généralement à travers de telles arnaques par des e-mails non sollicités et par des faux sites internet. Où les escrocs utilisent Facebook ou LinkedIn comme prisent de contact. Les acheteurs pensent souvent à tort avoir des connaissances suffanstes  ainsi que de bonne relation en Afrique.  

Les escrocs déclarent qu’ils sont en possession de la poussière d’or ou de l’or en lingot ou d’autres métaux précieux qui seront vendus à près de 20 % à 50% moins cher que le prix de marché et de cette façon faire croire à l’acheteur qu’il a la possibilité de réalisé des bénéfices extraordinaires. De plus, ils annoncent la plupart du temps des quantités importantes. Ils faux bien être conscient que de grandes quantités d’or ou de métaux précieux  sont difficiles à extraire, à stocker et à thésauriser. Cela demande beaucoup de travail, d’énergie et d’argent.

Dans tous les pays d’Afrique, il y a des hommes d’affaires expatrié de toutes origines avec des moyens et des facilités logistiques qui n’ont aucune difficulté à réaliser des affaires et à les contrôler. Les fraudeurs fournissent toutes les certifications, les licences, les assurances papiers, certificats, factures aux vendeurs qui sont tous des faux, mais ce n’est rien d’autre qu’une création « Photoshop » de ces documents. Ils mettent de la conviction à faire croire à l’acheteur que le vendeur en Afrique est une personne réelle et que l’or ou la matière précieuse existe bien. Ils font donc des photos de faux lingots parfois même sur balances. 

Le but des sois-disant vendeurs africains est de vous faire courir après l’or et même si au départ vous êtes fermes sur l’argent. Un mois plus tard, vous résistance a mettre des fonds sera bien amoindrie et la tentation de mettre quelque milliers d’euro dans l’affaire sera la.  Il y a toujours un montant initial (ou plus tard) que l’acheteur devra payer pour une inscription, un impôt, les formalités administratives, etc…, qui peut être très variable, de quelques milliers de dollars à des montants parfois hallucinant. Cet argent ne sera jamais retourné à l’acheteur et, finalement, l’acheteur ne verra jamais l’or ou alors une fois en douane en Europe, l’or une fois dédouané sera tout simplement faux.  

L'or fondu dans un creuset
Le Ghana est le deuxième plus grand producteur africain d'or