Le cours de l’or va-t-il réagir au décret d’Emmanuel Macron sur le nouveau confinement pour faire face à la pandémie liée au Coronavirus qui aura des répercussions certaines sur l’économie du pays.

D’autres pays européens vont très certainement suivre le même chemin, avec toujours une question primordiale à la clé: comment s’en sortira l’économie de la zone euro (et plus globalement au niveau mondial)? Et quid d’une nouvelle ruée vers l’or qui pourrait une nouvelle fois amener à une certaine rareté du métal jaune.

Un nouveau confinement qui pèsera lourd sur l’économie

Avec un recul de l’économie estimé à environ 19% en France lors du premier confinement et un taux record de 6,4% de défaut à l’échelle mondiale, le deuxième lock-down dans l’Hexagone devrait coûter aux Français entre 50 et 75 milliards d’euros selon Geoffroy Roux, président du Médef.

Plusieurs secteurs, notamment l’horeca et la mode déjà très fragilisée et de nouveau dans le viseur des mesures strictes du confinement pourraient s’effondrer. C’est également le cas du tourisme et du voyage, avec un sentiment d’injustice généralisé auprès de tous les commerçants.

Des bourses européennes dévissent

L’indice boursier du CAC 40 a chuté de 1,77%, au lendemain d’un plongeon de 1,90%. Le Dax allemand a perdu 0,93% et le FTSE 100 à Londres a baissé de 1,09%. Bien que les marchés aux Etats-Unis n’ont pas encore vraiment mal digéré les nouvelles. Le Dow Jones lâchait 0,21%, le Nasdaq prenait 0,80% et le S&P 500 avançait de 0,18% vers 18H40 (17H40 GMT).

Ce que l’on peut analyser de manière brève, c’est que les marchés financiers européens n’ont pas du tout apprécier les nouvelles restrictions qui se dessinent dans les pays européens les plus importants. Des réajustements de ces mesures par les différents gouvernements (notamment français et allemands) pourraient à priori légèrement calmer cette tension, mais sans certitude aucune, car les résultats déjà très moroses des acteurs les plus importants ne promettent rien.

Les élections présidentielles aux Etats-Unis

L’élection de Joe Biden n’est pas non plus sans risque au vu de certains économistes, notamment via un programme assez flou et des promesses (notamment sur l’énergie) qui pourrait plomber l’activité économique interne et demander des investissements colossaux.

Les marchés boursiers ont réagis fortement a la hausse a l’annonce d’un vaccin par Pfizer le lundi 9 novembre. Il y a eu en même temps une forte baisse du cours de l’or qui c’est stabilisé par la suite.

Et le cours de l’or dans tout ça?

Toujours stabilisé autour des 1550 – 1700€ l’once (1800$ – 1950$/oz) depuis le mois d’Août, le cours de l’or devrait vraisemblablement repartir à la hausse, pour rejoindre les pics déjà rencontrés quelques semaines plus tôt.   Ici le cours de l’or par once en euro

L’incertitude sur le cours prime cependant, car ce deuxième confinement est  que même si il paralyse fortement l’économie, il est moins strict que le précédent, et surtout moins aveugle: les pays riches ont aujourd’hui une certaine expérience et des réserves de mesures essentielles à la gestion de cette crise. D’autant plus, que d’autres nouvelles sur d’éventuels vaccins risquent d’êtres négatives pour le cours de l’or.

Reste cependant qu’une ruée des particuliers qui cherchent à se protéger des conséquences de ces réponses drastiques et des investisseurs qui vont naturellement réfugier une partie de leur capital dans le métal jaune pourrait recréer un climat de pénurie temporaire des produits d’investissements physiques tel que les pièces et lingots en or. Il faut prendre en compte que même si nous sommes aujourd’hui mieux équipé, les cas à la hausse