Le dollar américain, un privilège en or !

L’internationalisation du dollar américain, ou les avantages et les inconvénients d’une devise mondiale de premier plan.

Condition essentielle de l’activité économique, la monnaie a une histoire aussi longue que le commerce et les transactions dans le monde. On assimile les raisons de l’essor de la monnaie à plusieurs causes:   l’intensification des opérations de troc facilitées par l’émergence de la monnaie et au développement du travail au sein de la société grâce à la révolution néolithique,( agriculture, élevage, naissance de l’état) .

Jusqu’au XIXe siècle, toutes les monnaies sont définies par rapport à l’or et  à l’argent (bimétallisme).Mais les découvertes minières feront fluctuer les proportions entre les deux métaux. Tout comme l’avènement de la monnaie papier et du crédit va augmenter les besoins en or et en argent, et supprimer l’argent-métal comme étalon en 1870 et l’étalon-or, partiellement en 1944 avec les accords Bretton Woods et définitivement en 1971 avec la fin de de ces accords et la convertibilité du dollar en or.

On réalisera ainsi que l’argent a une vraie valeur alors qu’une monnaie est une représentation de l’argent et se traduit en pouvoir d’achat, car elle a cours légal dans le pays d’émission et son utilisation a été imposée par un gouvernement. C’est le cas du dollar dont les billets portent l’inscription : « Ce billet a cours légal pour toutes les dettes, publiques et privées ».

L’or a pu être un exemple évident d’argent, tout comme le sel ou les coquillages-monnaie (cauris) l’étaient autrefois. L’or a donc gardé une valeur intrinsèque, dont le prix est déterminé en tout temps par les marchés. Raison pour laquelle il est utilisé comme un refuge en temps de crise financière.

La monnaie fiduciaire (pièces et billets de banque) quant à elle, joue un rôle fondamental dans les économies et les sociétés. C’est un instrument financier qui a un pouvoir libératoire illimité : elle donne la possibilité de se « libérer ». Elle tire d’ailleurs son nom du latin fiducia, signifiant « foi, confiance ». La confiance que lui accorde l’utilisateur comme valeur d’échange ou moyen de paiement, repose sur un principe de garantie défendu par une institution centralisatrice. Ainsi, la confiance dans les politiques monétaires d’un gouvernement afin de maîtriser l’inflation est cruciale pour l’utilisation d’une monnaie.

Processus d’internationalisation du dollar

L’internationalisation d’une monnaie est donc liée à la confiance placée sur le gouvernement de l’émetteur.

C’est un processus par lequel une monnaie telle que le dollar américain « est utilisée facilement et fréquemment dans des transactions entre non-résidents, en dehors de la juridiction où la monnaie est émise ».

Dans le passé, un certain nombre d’États politiques avaient une telle importance économique et politique que leur monnaie était également précieuse pour les étrangers. C’est le cas des pièces de monnaie romaines qui ont même été découvertes en Inde, ce qui montre que la profondeur du marché intérieur romain a poussé les marchands indiens à accepter la monnaie romaine. De même, des pièces de monnaie arabes ont été trouvées en Scandinavie, tandis que les florins de Florence et les ducats de Venise étaient largement acceptés dans toute l’Europe. (Confère du ducat médiéval au 4 ducats actuel en or, 800 ans d’histoire).

Lorsqu’un pays a un marché intérieur étendu associé à une profondeur commerciale extérieure, le maintien de sa monnaie est très bénéfique, car cela facilite l’établissement de liens commerciaux, tel est le cas de la suprématie du dollar américain, qui permet aux Etats-Unis de réaliser des profits importants.

C’est ainsi que le pouvoir politique et la profondeur commerciale de Madrid et de Londres, ont permis au dollar espagnol et à la livre sterling de connaitre par le passé, la même prédominance que le dollar américain actuellement.

En bref, pour un pays comme les Etats-Unis qui a une importance économique et une influence politique, le dollar américain connaîtra toujours un certain degré d’internationalisation.

Nécessité d’avoir une monnaie internationale ? 

Le dollar américain, puisqu’il est largement utilisé, assure la réduction des coûts de transaction grâce aux économies d’échelle. Avoir une monnaie que personne n’accepte, entraîne l’impossibilité d’acheter des biens ou des services sur les marchés internationaux.L’émergence du dollar américain est liée aux intérêts privés des acteurs du marché, désireux de trouver un moyen communément accepté d’échanger leurs produits.

Le dollar américain est considéré comme mondial car il joue un rôle dans les opérations de change et le règlement des opérations (en tant que moyen d’échange), la facturation des opérations (en unité de compte). L’utilisation du dollar par un gouvernement, renforce la confiance placée dans le gouvernement américain et les actions politiques menées par ce pays. Ainsi, une banque centrale ne stockera jamais une monnaie qui n’est pas largement utilisée sur les marchés internationaux des capitaux car cela n’aurait aucune utilité.

L’internationalisation du dollar américain dépend donc en partie de facteurs de marché et de la stabilité du système politique et économique des Etats-Unis.

Avantages et inconvénients d’une monnaie mondiale

L’internationalisation du dollar a facilité l’accès aux marchés financiers internationaux, permettant aux entreprises financières et non financières d’emprunter de l’argent à moindre coût et à plus grande échelle, car elles disposent des marchés financiers mondiaux pour accéder à leur monnaie nationale.

Les banques domiciliaires, qui ont un accès privilégié à une banque centrale émettant le dollar, peuvent facilement créer des engagements monétaires largement acceptés : obtenir des liquidités qui seront retournées à une date ultérieure, y compris des prêts et des dettes et développer leurs activités à l’étranger à moindre coût.

Les acteurs non financiers bénéficient également du statut international du dollar, qui élargit les marchés où ils peuvent opérer. D’où la possibilité de vendre leurs produits en échange de la monnaie de leur pays, « transférant ainsi le risque de taux de change aux clients étrangers ».

Un autre avantage distinctif est la différence entre la valeur nominale d’une monnaie et son coût de production réel. Au niveau international, cela se produit lorsque des étrangers détiennent des créances ou des créances financières libellées dans la monnaie nationale, créant ainsi un « transfert implicite de ressources » qui profite à l’économie de l’émetteur. La collecte de fonds à l’étranger équivaut « à un prêt sans intérêt au pays émetteur », l’économie internationale libellée en dollar qui est leur monnaie nationale réduit les coûts d’emprunt pour les Etats-Unis.

Sur un plan relationnel, le gouvernement américain, puisque l’économie mondiale repose sur sa monnaie, a un potentiel de levier considérable sur la scène internationale. Il peut se traduire par des paiements accessoires à des alliés ou des sanctions à des ennemis, comme en témoignent les sanctions américaines qui ont frappé des pays tels que l’Iran, la Russie et la Corée du Nord ces dernières années. Enfin, l’utilisation internationale du dollar renforce également le prestige des Etats-Unis auprès des autres pays.

L’utilisation internationale de la monnaie nationale assouplit les restrictions dues aux déséquilibres des comptes courants et crée une marge de manœuvre suffisante pour poursuivre les objectifs de la politique publique. Les États-Unis, par exemple, jouissent d’une capacité impressionnante à financer les déficits de paiement avec leur dollar.

Ces avantages importants ont toutefois un prix, par le fait que à cause de la forte demande du dollar, sa valeur par rapport aux autres monnaies augmente.

En outre, l’accumulation excessive de passifs par des étrangers peut limiter le degré d’indépendance de la banque centrale des Etats-Unis dans la poursuite de sa politique monétaire. La volatilité de l’achat ou de la vente du dollar peut poser des difficultés pour atteindre un objectif d’inflation éventuel, dans ce cas, obliger la banque centrale à négliger d’autres objectifs (tel que le niveau de chômage).

Enfin, il existe également un risque non négligeable de dépréciation excessive de la monnaie si les détenteurs étrangers en viennent à croire que les actifs libellés dans la monnaie nationale risquent de chuter brusquement.

Les questions à se poser sont celles de savoir si un jour,

Les États-Unis ne courent pas un risque de dépréciation ou d’effondrement du dollar ?

Le FMI ne devrait-il pas imposer une monnaie mondiale neutre et réduire le privilège exorbitant du dollar pour les américains ?

Dans ce cas, l’étalon-or serait-il un système monétaire à regretter ? Quoique l’étalon or de nos jours soit probablement impossible à remettre en place…

 

 

 

 

 

Vos préférences
Lorsque vous visitez notre site Web, celui-ci peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Veuillez noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience sur notre site Web et sur les services que nous proposons.

Sachez que Orobel respecte entièrement votre vie privée, et que notre équipe est à votre disposition si vous avez des questions relatives au respect de votre anonymat.