La Banque d’Angleterre refuse de restituer 14 tonnes d’or au Venezuela

La Banque d’Angleterre prétend être l’un des plus grands dépositaires physiques d’or au monde, détenant des lingots d’or stockés dans des coffres sous garantie pour le compte de plus de 70 banques centrales et de plusieurs banques commerciales de lingots d’or.

En tant que dépositaire de l’or bien connu et de longue date, Il devrait donc être simple, sur le plan opérationnel et logistique, pour tout client « banque centrale » du monde entier de retirer des lingots d’or de la Banque d’Angleterre et de les envoyer à l’étranger. Ces types d’expédition se déroulent à la Banque d’Angleterre depuis des centaines d’années.

vol d'avion et l'or du Vénézuala 2012
vol d’avion et l’or du Vénézuala 2012

En règle générale, un tel événement ne susciterait aucun intérêt médiatique et ne serait même pas connu du domaine public, tels sont les secret des transactions qui entoure les transports et échanges d’or entre banques centrales. Pour ces raisons, la présente affaire concernant le refus de la Banque d’Angleterre de livrer l’or du Venezuela stocké à Londres et la manière dont elle a été rendue publique soulèvent des questions et méritent d’être commentées.

Les petits jeux du trésor anglais   

Quel a donc été exactement le problème ? Le 5 novembre, l’agence de presse Reuters, basée à Londres, a  annoncé que l’État vénézuélien, craignant des sanctions du FMI et des USA, tentait de rapatrier 14 tonnes d’or de la Banque d’Angleterre à Londres, mais que cette opération de retrait et de transport de l’or n’avait pas encore eu lieu malgré la demande de retrait faite par le Venezuela il y a près de deux mois. Selon des sources de Reuters, qui étaient deux ” agents publics et connaissant directement l’opération “, le retard pris par le Venezuela pour retirer les lingots d’or est causé par la difficulté et le coût d’obtention d’une assurance pour l’expédition d’or, et aussi par le fait que la Banque d’Angleterre souhaitait savoir ce que le Venezuela envisageait de faire avec son or une fois qu’il l’aurait reçu.

Le 7 novembre, le quotidien londonien «The Times» a repris la même histoire en publiant un article selon lequel des « responsables britanniques » souhaitaient obtenir des éclaircissements sur ce que le gouvernement vénézuélien entendait faire de son or après l’avoir reçu, et que ces « Les fonctionnaires “soulèvent également des obstacles en insistant pour que pour cet envoi d’or” des mesures standard pour prévenir le blanchiment d’argent soient prises “. Fait intéressant, dans les rapports susmentionnés, la Banque d’Angleterre et la banque centrale du Venezuela ont refusé de commenter. Cela signifie que toute l’histoire sur l’or du Venezuela est maintenant dans le domaine public est peut-être basée sur des révélations que de fonctionnaire du Trésor britannique qui aurais été transmises à Reuters et au Times.

Après ces nouvelles de Reuters et du Times mentionnées ci-dessus, est également intervenu quelques jours plus tard un nouveau décret signé par les États-Unis imposant des sanctions à l’industrie aurifère du Venezuela (décret n ° 13850), un décret exerçant mondialement des pressions aux industriels de l’or de ne pas faire d’affaires avec le Venezuela ou son secteur aurifère.

Le type de propriété aurifère constituant les 14 tonnes d’or détenues par le Venezuela à la Banque d’Angleterre n’est pas clair, mais il s’agit soit d’or détenu,  mis en réserve où affecté, il s’agit alors d’un bien spécifique. L’or est dans un compte en or qui se traduit par une écriture d’un solde en once d’or fin, dont l’équivalent de 14 tonnes (environ 450 000 onces ) que la Banque d’Angleterre a le devoir d’allouer et de livrer à la banque centrale du Venezuela a toute demande de retrait de lingot d’or.

Si les 14 tonnes d’or ont été mises de côté et placées dans une chambre forte spécifique, compte tenu de ces retards, la Banco Centrale de Venezuela devrait publier sa liste de poids des lingots d’or dans le domaine public, de sorte que tous les numéros de série des lingots d’or soient versés au dossier public. Si les 14 tonnes d’or représentent un montant que la Banque d’Angleterre doit à la Banque du Venezuela  mais n’a pas encore été alloué, la Venezuela devrait néanmoins publier toutes les listes de poids des lingots d’or qu’elle possède entreposées par la Banque d’Angleterre.

Quoi qu’il en soit, rien ne devrait retarder l’envoi par la Banque d’Angleterre de lingots d’or à l’un de ses clients qui est  dans ce cas, banque centrale du Venezuela , car les lingots d’or sont déjà réservés dans ses coffres forts, ou bien la Banque peut affecter des lingots d’or, pour reflété le solde en once fin du compte en or du Venezuela . Sur le plan opérationnel, le refus de la Banque d’Angleterre de livrer l’or du Venezuela est donc purement politique.

Les fallacieuses excuses d’un trop gros envoi d’or difficile a assuré

D’un point de vue logistique, le refus de la Banque d’Angleterre de livrer l’or du Venezuela est également politique. Dans son article, Reuters cite l’un des responsables non nommés comme suit:

«Le plan a été bloqué pendant près de deux mois en raison de la difficulté à obtenir une assurance pour l’expédition, nécessaire pour transporter une grande cargaison d’or, a déclaré l’un des responsables.

“Ils essaient toujours de trouver une couverture d’assurance, car les coûts sont élevés “, a déclaré le responsable.

Franchement, cette excuse d’assurance est absurde principalement parce que c’est le même Venezuela qui a reçu le 30 janvier 2012 un envoi exactement identique de 14 tonnes de lingots d’or, qui était le dernier vol de ses précédentes expéditions de rapatriement d’or lorsque 23 vols 160 tonnes d’or vénézuélien transportées par avion d’Europe à Caracas entre le 25 novembre 2011 et le 30 janvier 2012.

De grandes quantités de lingots d’or volent chaque semaine dans le monde, tant sur des avions de ligne que dans des avions de fret, et sont gérées par des entreprises transport sécurisés, tels que Brinks, qui sont spécifiquement assurés pour de telles activités.  Comment des centaines de tonnes d’or peuvent-elles entrer et sortir de Londres, de Suisse, de Dubaï, de Hong Kong et de Shanghai, etc. chaque mois ? Brinks possède un certain nombre de coffres forts en or et des zones de fret sécurisées près de l’aéroport d’Heathrow à Radius Park. Un avion de transport commercial transportant 14 tonnes d’or pourrait facilement décoller d’Heathrow chaque jour et se rendre à Caracas le lendemain matin pour livrer l’or à la banque centrale du Venezuela. 

Par conséquent, cette excuse des «officiels» est fausse. Il est possible que les gouvernements du Royaume-Uni et des États-Unis aient fait du lobbying sur les compagnies d’assurance et les transporteurs de valeur pour empêcher l’envoi de cet or au Venezuela, mais là encore, il s’agirait d’un problème politique et non logistique.

Le blanchiment d’argent, l’autre excuse fumeuse.

La prochaine excuse fictive des autorités britanniques anonymes au sujet de l’or vénézuélien à la Banque d’Angleterre mérite également d’être examinée. Selon le Times:

“Les responsables britanniques auraient insisté pour que des mesures standard visant à prévenir le blanchiment d’argent soient prises-y compris la clarification des intentions du gouvernement vénézuélien concernant l’or.”

Cette excuse est à la fois fausse et illogique, tout en étant illégale en vertu du droit international de retenir des actifs sur la base d’un soupçon ou d’un caprice et ne respecte la vie privée des clients

Premièrement, le blanchiment d’argent consiste à dissimuler des fonds d’activités illégales et à transformer ces fonds en actifs légitimes. Il peut s’agir de placer des fonds dans le système financier, de cacher l’origine de ces fonds à travers une série d’opération, l’intégration de ces fonds dans d’autres actifs. Le blanchiment d’argent et ses trois phases n’ont rien à voir avec la valeur et la richesse liées aux lingots d’or existants qui ont déjà été conservés à la Banque d’Angleterre.

Le Venezuela possédait déjà 50 tonnes d’or à la Banque d’Angleterre à Londres et l’avait laissé là-bas en 2011, lorsqu’il a réexpédié d’autres lingots d’or d’Europe à Caracas. Ces 50 tonnes étaient très probablement l’or utilisé comme garantie dans un échange d’or avec Citibank quelques années plus tard. Le Venezuela a ensuite également conclu des échanges d’or avec Deutsche Bank. Tout cet or était soit à la Banque d’Angleterre depuis des années, soit accepté par la Banque d’Angleterre il y a quelques années, et était par définition considéré par la Banque d’Angleterre comme un actif légitime.

Retirer des lingots d’or de la Banque d’Angleterre et les vendre ensuite pour en avoir de l’argent sur compte n’est en rien lié au blanchiment d’argent. 

L’argument de blanchiment d’argent est donc un leurre. En tant que dépositaire, la Banque d’Angleterre n’a pas non plus le pouvoir ni le droit de demander à un autre État nation ce qu’elle propose de faire avec ses biens, c’est-à-dire les lingots d’or, qu’il souhaite retirer et rapatrier à l’intérieur de ses propres frontières. . Le Times mentionne la vente possible de cet or par le gouvernement de Maduro à la Turquie, ce qui est une possibilité. Mais alors quoi ? Cela ne  concerne en rien la Banque d’Angleterre ou le Trésor américain.

Si l’on présume que ces fonctionnaires anglais exigent toujours une clarification concernant l’or du Venezuela.  Il s’agit d’une violation de la vie privée du client, d’une violation des obligations de la Banque d’Angleterre en tant que gardien de l’or et une violation du droit international puisque la Banque d’Angleterre est en train de confisquer et de geler les avoirs d’un autre État-nation.

Cela ne veut pas dire que les Britanniques ne gèleront pas ces avoirs vénézuéliens en or, car c’est en fait ce qui s’est passé lorsque l’administration Carter via le Trésor américain a gelé et confisqué en novembre 1979 de l’or iranien en lingots qui était dans les coffres de la Réserve fédérale.

Conclusion

Les raisons avancées par des sources officielles dans les articles de Reuters et Times pour expliquer pourquoi le Venezuela ne peut pas retiré son or de la Banque d’Angleterre sont clairement fausses. 

L’explication la plus logique et la plus probable est que les États-Unis, par le biais de la Maison Blanche, du Trésor et du Département d’État américains, ont noué des relations avec le Trésor britannique, pour faire pression sur la Banque d’Angleterre afin qu’elle retarde et repousse la demande de retrait d’or du Venezuela.

Cependant, ces “responsables britanniques” créent un dangereux précédent, car d’autres clients de la Banque d’Angleterre, en prendront en note. Et ils pourraient avoir des demandes de retrait d’or similaires émanant d’autres banques centrales, en particulier celles qui en détiennent. Celles-ci précipiteraient leur demande de rapatrier leur or physique chez eux car stocké dans les coffres de la Banque d’Angleterre, ils prendraient le risque de se le voir saisir.

 

 

Notez cette page