La situation de l’or et ses mines en république démocratique du Congo

L’or a été découvert à Namoya en 1931 et la production des opérations d’or alluvionnaire poursuivie jusqu’en 1947.

L’Or en exploitation minière a commencé à partir d’une fosse à ciel ouvert en 1951.

On estime que près de 128 000 once d’or a été récupéré dans les veines de quartz titrant 10 gr/tonnes jusqu’au perturbations civile,  qui finirent a l’indépendance de la RDC de la Belgique en 1960.

Elle a donné lieu à des opérations de fermeture et aux expatriés de quitter le pays. Le pays dispose d’énormes ressources minérales, une grande partie de ce qui reste est inexploité.

Banro a actuellement quatre propriétés aurifères comprenant 13 permis d’exploitation, avec des licences d’exploitation minière, dans les provinces du Sud-Kivu et de Maniema de la RDC. Ces propriétés, totalisant 2.616 kilomètres carrés, se produisent le long des 210 km, au nord-est au sud-ouest de la ceinture d’or Twangiza-Namoya.

Ces permis couvrent tous les grands domaines, historiques producteurs de Twangiza, Lugushwa, Namoya et Kamituga où environ 2,4 millions d’onces d’or auraient été produites dans le passé à partir de sources de roches alluvionnaires et durs ..

En plus de ses 13 permis, Banro a reçu 14 permis d’exploration en Mars 2007 qui portaient 2,638 kilomètres carrés et situé sur un terrain très prometteur entre ses projets Twangiza et Lugushwa.

L’exploration de Banro en 2009 – 2010 a été axée sur l’extension du réseau Lugushwa, qui a réussi à identifier de nouvelles cibles pour le forage de suivi.

Le gisement aurifère de Twangiza a été découvert par la société Minière des Grands Lac (MGL) dans les années 1950.

La société a suivi l’apparition de gisements aurifères alluvionnaires en amont de la rivière Mwana au dépôt Twangiza actuel. En 1996, Banro a acquis le contrôle de la propriété Twangiza.

Twangiza, situé à 45 kilomètres au sud-sud-ouest de Bukavu, dans le Sud-Kivu, se compose de six permis d’exploitation couvrant 1.164 kilomètres carrés. 

Twangiza est le plus avancé des quatre propriétés de Banro avec une réserve minérale de 27,67 millions de tonnes titrant 2,05 gr / tonnes d’or pour un potentiel de 1,82 millions d’onces d’or. Les ressources mesurées et indiquées à Twangiza sont 99,35 millions de tonnes titrant 1,47 g / t Au contenant 4,69 millions d’onces d’or, plus une ressource inférée de 9,83 millions de tonnes titrant 1,17 g / t d’or contenant 370.000 once. 

Twangiza est devenue la première mine d’or de production à ciel ouvert de Banro en Octobre 2011, et elle a commencé la production commerciale en Septembre 2012. Le débit de l’usine fonctionne actuellement légèrement au-dessus des capacités de 1,7 million de tonnes par an, Twangiza en 2015 a produit 135,532 onces d’or. 

La mine a une durée de vie prévue de 14 ans de réserves actuellement définies.                                  

La mine d’or de Banro à Twangiza est destinée à produire 110.000 à 120.000 onces d’or en 2016.  

Randgold Resources a pour but de produire des premiers lingots d’or brut de son projet Kibali dans le nord-est à distance de la République démocratique du Congo en Juillet 2013.

Le projet Kibali de Randgold, dans la province Orientale, est une joint-venture entre Randgold et AngloGold Ashanti, qui ont 45% chacun, et par l’état via la société aurifère OKIMO.

Le site aurais un potentiel 13,93 millions d’onces d’or mesurées et indiquées.

Mwana Africa détient 80% des intérêts dans le Kilo Moto Joint-Venture avec le Bureau des Mines d’Or de Kilomoto (Okimo). 

Le projet Zani-Kodo comprend trois licences (y compris la licence minière Zani-Kodo) couvrant 1,605km² dans la zone très prometteuse de l’Ituri dans le nord-est du pays. 

L’opération historique Zani-Kodo a atteint une production totale de 572,000t à 6.5g / t (veines minières de haute qualité), mais a été abandonné pendant la guerre civile en 1964.

En 2013 – Boart Longyear (www.BoartLongyear.com), une société de service dans l’exploration et forage, d’équipement et fournisseur d’outillage performant  a obtenu un contrat pour des services de forage et d’exploration à la mine d’or de Kiba li en République démocratique du Congo (RDC).

Le contrat a une durée prévue de cinq ans et la valeur maximale de 70 millions $ US. 

La mine d’or de Kibali devrait se classer comme l’une des plus grandes mines d’or en Afrique.

Situé dans un quartier nord-est à distance de la République démocratique du Congo et exploité en association par Randgold Resources et AngloGold Ashanti, avec l’entreprise publique congolaise, SOKIMO, cette mine d’or a actuellement des réserves estimées à près de 11 millions d’onces d’or.

Le cuivre et la production d’or en République démocratique du Congo a fortement augmenté en 2015, en dépit de l’incertitude persistante au sujet d’un projet de révision du code minier.

Le Congo, qui rivalise avec la Zambie pour être le premier producteur de cuivre de l’Afrique, extrait 279,573 tonnes du métal au cours du trimestre 2015 , selon Mars bulletin statistique de la banque centrale. Cela a été en hausse de 13,7 pour cent de 245,868 tonnes sur la même période en 2014.

La production d’or a bondi à 8457 kilogrammes au premier trimestre de 2015 de 4.972 kg au cours de la même période l’an dernier, une hausse de 70 pour cent.

Il est probable qu’une partie de cet or est un sous-produit des mines de cuivre

Les grandes nouvelles mines d’or ouvertes par des sociétés comme Randgold Resources, AngloGold Ashanti et Banro Corporation au cours des quatre dernières années ont stimulé la production industrielle de l’or du Congo de près de zéro en 2011 à plus de 20 tonnes l’année dernière. Le pays espère devenir l’un des principaux producteurs d’or du continent.

Le pays d’Afrique centrale dispose également de vastes réserves de cobalt, de diamants, de l’étain et le tantale, et le secteur minier représente environ 10 % de son PIB.

Le gouvernement du Congo a présenté une révision de son code 2002 minier au Parlement en Mars contre les objections féroces de l’industrie. Les sociétés minières affirment que les augmentations d’impôts et de redevances dans le projet de code dissuaderaient de nouveaux investissements dans le secteur.

Le vice-président de la chambre des mines du Congo, Simon Tuma-Waku, a déclaré à Reuters que le bureau du Premier ministre Augustin Matata Ponyo a rappelé le projet de loi du parlement la semaine dernière afin de traiter personnellement.

Le PDG de Randgold, Mark Bristow a déclaré que le bureau du premier ministre lui avait assuré que le gouvernement allait rouvrir les négociations sur le plan du code fiscal.

Le Congo a enregistré un record cuivre et la production d’or en 2014, la production de plus de 1 million de tonnes de cuivre pour la première fois de son histoire.   

La mine de kabli sur le site de Randgold  

Les ressources d’or de Banro en RDC

La situation de l’or et ses mines en république démocratique du Congo
3 (60%) 2 votes