La demande Mondiale en or de joaillerie au 2ème trimestre 2015.

30 août 2015
La demande Mondiale en or de joaillerie au 2ème trimestre 2015. - 5.0 out of 5 based on 1 vote

Orobel vous propose une synthèse et une traduction du rapport du World Gold Council sur la demande en or de joaillerie au 2nd trimestre 2015.

La faiblesse de la demande de joaillerie en Asie et au Moyen Orient ont amené à une contraction de 14 % de la demande globale dans le secteur de la joaillerie. Les difficultés qu'on fait face les populations rurale en Inde ont impact le marché. 

Tonnes 2ème Quart 2014 2ème Quart 2015 Variation /année précédente (%) Variation /Début 2015 (%)
Demande Mondiale Totale 594,5 513,5 -14 %  -8 %
Inde 152,6 118,0  -23 %  -3 %
Chine 184,6 174,4  -5 %  -6%

 

La demande totale de bijoux en or s'est élevé à 513.5 tonnes au 2ème trimestre 2015, une baisse de 14% par rapport au 2nd trimestre 2014. La baisse a touché l'ensemble des marchés asiatiques et du Moyen-Orient. 

Fin Juin, la demande a atteint 1.116,9 tonnes - 2% en dessous de la moyenne de cinq ans pour 2010-2014 (1.144,8 t). Par rapport à l'an passé, la demande pour la première moitié de l'année 2015 était en baisse de 8%.

Baisse de la demande de joaillerie en Inde


La baisse de 81 tonnes de la demande globale de bijoux, au 2nd trimestre 2015 était principalement attribuable perturbations météorologiques en Inde, endommageant les cultures. L'impact a été direct et important sur les revenus des populations rurale (constituant 50 % de la demande d'or indienne) et s'est fait sentir dans des segments où les consommateurs sont fortement tributaires de la demande rurale. 

La demande urbaine a mieux résisté. L'entreprise Titan Company a déclaré dans ses résultats de Avril à Juin 2015, que ses volumes de ventes de bijoux ont chuté de 10 %. Leur gamme GoldPlus - conçu pour les clients indiens "semi-urbains et ruraux" - a été l'une des moins performante, avec une baisse de 24% par rapport à l'année dernière. 

La demande liée aux mariages indiens a été plus faible au 2ème trimestre 2015. Le calendrier hindou cette année n'a pas été de bon augure pour les mariages entre le 11 Juin et le 1er Novembre. On devrait observer un redressement des achats pour les mariages vers la fin du trimestre en cours. Bien que la demande liée aux mariage puisse être affectée par les fluctuations trimestrielles, le total des achats annuels ne devraient pas en être affectés et le nombre total de mariages ne diminuera pas. 

Les fabricants de bijoux et les grossistes avaient anticipé. Une grande partie de l'or excédentaire croupissent actuellement dans les stocks gonflés, en attente d'être absorbée par la demande qui devrait se redresser à la deuxième moitié de 2015.  

 

Lire aussi : L'inde investit moins dans l'or ce trimestre.

 

En regardant, sur une base semestrielle, la demande de bijoux en Inde, l'impact a été une légère baisse d'un peu plus 7 tonnes. Avec Diwali annonçant le début de la saison des mariages pour le 4ème trimestre (mi-Novembre), les perspectives sont favorables pour la deuxième moitié de l'année 2015.

 

Repli de la demande de joaillerie en Chine


La demande chinoise a baissé de 5 % à 174.4 tonnes au 2nd trimestre, passant de 395.6 t à 420.6 t depuis début Janvier par rapport à 2014. 
La demande pour l'or 24 carats a été la plus touché, celle pour les bijoux 18 carats étant plus contrastée. Ceci reflète la tendance observée en Inde. Les grandes marques de vente au détail en Chine étaient beaucoup mieux en mesure de résister à ce ralentissement, observeé surtout chez les petits détaillants.

Les marchés boursiers chinois ont continué à se consolider ce trimestre. L'indice composite de Shanghai a bondi en Juin à des sommets jamais atteint en 7 ans, éloignant l'attention des consommateur des bijoux en or. Toutefois, lorsque les actions du SSE Composite ont fortement chuté en Juin, l'inverse était pas le cas. En fait, l'effet négatif sur la demande de bijoux a été aggravée par l'impact négatif sur le sentiment des consommateurs (graphique suivant).

 

Lire aussi : et si la Chine subissait un krach financier ?

L'industrie de la bijouterie chinoise fait face à un défi de taille. La concurrence accrue a forcé un certain nombre de petits ateliers à fermer et de nombreux grossistes font face aux problèmes de la dette, les banques chinoises resserrant leurs lignes de crédit pour l'industrie de la bijouterie. 

 

Des résultats mitigés à travers l'Asie.


La demande a été mitigée dans les petits marchés asiatiques : la faiblesse de la demande en Thaïlande a était une réaction à la contraction économique qui a fait suite au coup d'Etat militaire de l'an dernier, érodant la confiance des consommateurs. L'introduction en Malaisie d'une taxe de 6% sur les produits et services en Avril a fait tomber la demande à son plus bas trimestriel depuis 2011.

En revanche, la demande au Japon a légèrement progressé. La demande a augmenté de 0,2 tonnes, inverser le déclin de l'année précédente provoqué par une hausse de la TVA.

Le Vietnam a surperformé le reste de la région avec une hausse de 22 % par rapport à l'année précédente. La baisse des prix et la croissance du PIB ont redonnée confiance aux consommateurs et ont incité à l'achat. 

Forces négatives dominent la demande du Moyen-Orient


 

On constate un repli général de la demande au second trimestre au Moyen-Orient. La hausse de la TVA, des prix du pétrole, la faiblesse des monnaies et les sanctions économiques internationales ont été néfastes pour la demande en Iran. Sur ce dernier point, la levée des sanctions économiques internationales a suscité une amélioration de la demande au cours des dernières semaines, bien que le fardeau de la hausse de la TVA et de la faiblesse des prix du pétrole restent néfastes.

La demande en bijouterie dans les Emirats Arabes Unis s'est déprécié de 22%, avec des pertes attribuées à une baisse des dépenses des touristes européens (sur fond d'affaiblissement de l'euro) et aux tensions géopolitiques régionales. 

 

Une tendance générale à la hausse pour la demande de joaillerie aux Etats-Unis


L'atmosphère outre-atlantique sur le marché des bijoux en or était plus positive. Les États-Unis restant un moteur lent mais régulier dans la demande de bijoux, on a constaté une légère hausse (2%) de la demande par rapport à l'année précédente. Encouragés par la baisse des prix, la consommation a été stimulée, un stimulus souligné par une hausse de 11% des importations de bijoux en or en Avril et Mai. 

Avec une reprise de la croissance économique américaine, la demande devrait reprendre de l'élan dès que les prix atteindront de nouveaux plus bas. Ceci est soutenu par les commentaires de l'économiste en chef de la National Retail Federation, Jack Kleinhenz :

«Tant que les dépenses de consommation continueront à être irrégulières et variée, à l'avenir, on devrait voir des améliorations dans les ventes au détail, soutenue principalement par un marché du travail en bonne santé aux Etats-Unis , une amélioration des marchés du logement et un accès plus facile au crédit à la consommation ".

L'amélioration marginale de la demande régionale européenne a été poussé par des hausses modestes au Royaume-Uni, en Espagne et en Allemagne qui l'ont emporté sur les baisses mineures en France et en Italie. Alors que les exportations en Italie ont bénéficié à nouveau de la reprise aux États-Unis, la demande intérieure continue à stagner - touchés par la baisse de l'euro. 


 

Retrouvez toute l'actualité du cours de l'or sur

Orobel.biz Orobel.biz

Suivez le cours de l'or sur notre page

Cours de l'or par Orobel Cours de l'or par Orobel

 

 

Laissez votre commentaire

Information pratique

  • 29 rue Saint-Gangulphe 4000 Liège (Belgique)
  • +32 4 222 45 07
  • HORS SERVICE
  •  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nos photos

Top