L'Allemagne est toujours obsédée par les espèces.

04 octobre 2018
L'Allemagne est toujours obsédée par les espèces. - 5.0 out of 5 based on 2 votes

Les paiements par carte bancaire : dédaigné par les allemands,  un indicateur des préoccupations du peuple concernant la confiance, la vie privée et le rôle de l’État.

A la banque centrale allemande a francfort pas loin du quartier financier, dans une annexe de la Bundesbank, le musée de l’argent est un hommage  aux vertus d'une gestion monétaire saine, il comporte une série d'expositions soigneusement sélectionnées sur l'histoire de la monnaie, sur les effets négatifs de l'inflation et ce que les décideurs doivent parfois faire pour la contenir.  

Les allemands et leur portefeuille 

Pour les Allemands, «argent» signifie toujours de l'argent physique et des espèces. Le portefeuille allemand moyen contient environ 100 euros de billets de banque, selon une enquête de la Banque centrale européenne,  soit,  trois fois de plus que celui des français qui n’en contient que 32. Les belges ont en moyenne 58 euros d’espèces. 

Les espèces constituent toujours le moyen de paiement dans environ 80% des transactions et l'utilisation de l'argent liquide est une habitude qui résiste profondément à une réglementation.  

Début février 2016, le ministère allemand des Finances a dévoilé une proposition qui, dans la plupart des pays, ne ferait pas l'objet de controverse: imposer un plafond de 5 000 € pour les transactions en espèces.  Elle a déclenché une protestation passionnée de tous les acteurs politiques .

L'Allemagne est le leader des paiements en espèces en Europe et profite des limitations des transactions en espèces  en Belgique et en France. En Allemagne, cela est possible de faire une grosse transactions cash pour une voiture de luxe, lingots d'or et pièces d'or.

 

 

L’impact négatif  a une limitation du cash

Le Député vert Konstantin von Notz s‘est vigoureusement opposé à l’effort visant à limiter les transactions en espèces, en partie parce que faire des achats en espèces, a-t-il déclaré «est l’une des dernières choses inédites» qu'un citoyen peut faire. Limiter l'utilisation de l'argent en espèces par chaque citoyen pour rendre la vie plus difficile à un petit nombre d'escrocs «revient à utiliser un canon pour tirer contre de petits oiseaux». En matière de criminalité, elle ne convainc pas également von Notz qui ajoute que ce n'est pas comme si les criminels avaient besoin d'argent pour effectuer des transactions illicites. 

L’argent en espèces, un respect de la vie privée 

Dans un monde qui s'oriente inexorablement vers les paiements électroniques, la plus grande économie d'Europe reste toujours dominée par le cash comme le déclare l’économiste Max Otte : «Pour moi, l'argent liquide est un bien public important qui permet de mesurer la transparence et l'ordre juridique d'une société, ainsi que le respect de la sphère privée». 

En Allemagne, la vie privée est une question sérieuse. Google a cessé de prendre des images Street View de villes allemandes en 2011 après des plaintes du public. Dans les zones restreintes où elle est couverte, la société offre aux propriétaires allemands la possibilité d’effacer leurs propriétés, comme beaucoup d’entre elles.

Depuis l'introduction d'euros physiques en 2002, la Bundesbank a émis plus de billets que tout le reste des autres pays de l’Euro zone; plus de la moitié des quelque 1100 milliards d'euros de billets physiques utilisés en 2016 provenaient d'Allemagne. Les émissions allemandes expliquent en grande partie la croissance continue du volume total des espèces dans la zone euro, malgré la prolifération des options de paiement électronique. Les liquidités actuellement en circulation équivalent à environ 10% du produit intérieur brut de la zone euro, selon Deutsche Bank AG, soit le double de la proportion de 2003.

Dans d’autres pays

En dehors de l’Allemagne, le Japon est l'un des champions de la résistance des paiements électroniques, il y a  plus de 6000 euros ( en YEN ) en billets de banque et en pièces qui sont en circulation pour chaque japonais, soit quatre fois plus qu’en Corée du Sud ou au Royaume-Uni.

Et puis, il y a quelques réalités aberrantes comme le Zimbabwe, où une pénurie critique du dollar américain que le pays a adoptée comme monnaie officielle en 2009 pour lutter contre l'hyperinflation de son propre dollar. Cela a conduit à une adoption explosive des services de paiements mobile comme EcoCash, qui compte plus de 7 millions de clients, la moitié de la population. Cela contribue à maintenir le commerce dans un pays où il faut faire la queue toute la journée a un guichet automatique pour retirer quelques billets verts. 

Dans d'autres pays

En dehors de l’Allemagne, le Japon est l'un des champions de la résistance des paiements électroniques, il y a  plus de 6000 euros ( en YEN ) en billets de banque et en pièces qui sont en circulation pour chaque japonais, soit quatre fois plus qu’en Corée du Sud ou au Royaume-Uni.

Et puis, il y a quelques réalités aberrantes comme le Zimbabwe, où une pénurie critique du dollar américain que le pays a adoptée comme monnaie officielle en 2009 pour lutter contre l'hyperinflation de son propre dollar. Cela a conduit à une adoption explosive des services de paiements mobile comme EcoCash, qui compte plus de 7 millions de clients, la moitié de la population. Cela contribue à maintenir le commerce dans un pays où il faut faire la queue toute la journée a un guichet automatique pour retirer quelques billets verts. 

Par contre, la Suède est plus proche d’une société sans numéraire que pratiquement tous les pays de la planète. Moins de 20% des transactions de détail concernent des pièces ou des billets en couronnes suédoises et la majorité des succursales bancaires ne traitent plus d’argent liquide.

Le passage à un système financier pratiquement sans argent n’a pas été sans inconvénient: la fraude par carte de crédit est en augmentation et les groupes qui représentent les personnes âgées se sont plaints du fait que le processus évolue trop rapidement. Bien que la Riksbank, la banque centrale suédoise, insiste sur le fait que les liquidités resteront disponibles et que la production restera disponible dans un avenir prévisible, il n’est pas du tout insensé de penser que le jour où elle arrêtera définitivement les presses à imprimer n’est pas si loin.

 

164 Nombres de vue

Information pratique

  • 29 rue Saint-Gangulphe 4000 Liège (Belgique)
  • +32 4 222 45 07
  • HORS SERVICE
  •  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nos photos

Top