Comment se pratique une analyse d’or par Coupellation ?

12 novembre 2015
Comment se pratique une analyse d’or par Coupellation ? - 3.0 out of 5 based on 2 votes

La méthode est des plus précise, avec une précision de 2 - 3 parties par dix mille (0,02%), est la méthode.de la coupellation parfois dénommée l’essai au feu.La coupellation implique de prendre un petit échantillon de l'objet, en général une forure réalisée dans un lingot d’or brut.

 

Il est mieux de connaitre la pureté approximative de ce lingot, que cela soit de l’or 22 carat natif africain ou un d’un mélange de bijoux de titrages divers.   

L’échantillon de métal  est  d'environ  200  mg, en le pesant avec précision au dix millième de grammes près ou mieux encore au cent millièmes de grammes .

On enveloppe ces 200 mg   dans une feuille de plomb  d’environ 5 gr avec un peu d'argent supplémentaire (connu sous le nom 'Inquartation ou quartation'). 

La coupellation est faite dans un four à environ 1100 ° C pour enlever tous les métaux base. C’est type de four spécifique pour évacuer les émanations du plomb en fusion. Ils sont souvent d’une masse importante avec une assez petite chambre afin d’avoir une très bonne inertie et stabilité de température. 

On y place une coupelle en magnésie, celle-ci une fois préchauffée est ressortie du four et l’échantillon d’or enfermer dans sa feuille de plomb est placée dedans puis remis au four.

Le plomb et l’échantillon vont fondre et formé un amalgame  et à un moment donné un éclair va se produire et le plomb aura été absorbé par la coupelle en emmenant avec lui tous les métaux oxydables.     

Puis on lamine la perle en alliage or-argent dans de l'acide nitrique pour dissoudre l'argent (appelé «séparation») et en pesant l'or pur en résultant, on peut connaitre la teneur exact par une règle de trois avec le poids initial avant coupellation de l’alliage.

Ceci est la technique de référence standard utilisée par les laboratoires des fonderies et nationaux d’analyse dans le monde entier et est régis par la norme internationale, ISO 11426: 1997.

Pour la norme ISO , sur un lingot d’or brut , il est nécessaire de prendre un échantillon de chaque côté de plus ou moins 1 gr afin de garder un second échantillon pour refaire une autre coupellation en cas d’erreur ou de résultat non concordant entre le bas et le haut du lingot d’or brut . 

On réalise donc deux coupelles pour chaque côté, une avec de l’addition d’argent pour l’analyse de la teneur en or  et une sans qui permettra une fois la teneur en or connue, d’établir par règles de trois, la teneur argent.

Il est aussi nécessaire de placé deux coupelles en plus, une avec un échantillon calibré de métal du titrage recherché et une d’or fin, chacune avec +- 200 mg et 5 gramme de plomb. Ces deux échantillon permettront de calculé le pourcentage de vaporisation du métal lors de son passage au four et de la coupellation,  ce pourcentage, une fois connu et calculé grâce à ces deux échantillons calibrés permet de corrigé les 4 échantillons initiaux. Cette vaporisation est souvent très faible mais nécessaire pour des résultats  fiables et exigée par la norme ISO.

 

3424 Nombres de vue

Information pratique

  • 29 rue Saint-Gangulphe 4000 Liège (Belgique)
  • +32 4 222 45 07
  • HORS SERVICE
  •  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nos photos

Top